Scène incroyable dans les grandes gueules. Mourad Boudjellal et Clémentine Autain ont un échange fourni sur le SMIC. La scène vaut le détour. Chacun a sa propre version du Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance. L’un est Président d’un (gros) club de Rugby, c’est donc un patron qui paye des salaires. L’autre est porte parole de Mélenchon. Elle est .. hum .. politicienne. Admettons qu’elle soit salariée, ça facilite les choses. Profitons-en pour s’intéresser à la différence de perception du SMIC en France.

Je n’aime pas Clémentine Autain. C’est un fait. La scène reste assez marrante (et triste) à voir. Tous les deux ont une vision clairement opposé de ce salaire. La séquence vaut le coup d’oeil (et d’oreille).

Par ici pour entendre !

Le salaire minimum de croissance (Smic) correspond au salaire horaire minimum légal que le salarié doit percevoir.
Source : Site du Service Public

Le SMIC, c’est donc le minimum légal qu’un salarié est supposé recevoir. Normalement, vous voyez le problème de la séquence.

Minimum légal. Mais par rapport à qui ? Le salarié va voir ce qu’il touche, le patron ce qu’il verse. Et les deux sommes ne sont pas les mêmes. Et c’est la puissance de la séquence ! Deux « catégories » ne perçoivent pas le SMIC pareil. Je vous confirme, par ailleurs, qu’un stagiaire ne le percevra pas comme un salarié non plus.

Donc. On parle d’un minimum légal. Mais surtout, on parle d’un salaire qui est affecté par de nombreuses variables. Et c’est là finalement que Clémentine Autain et Mourad Boudjellal divergent.

En supposant que Clémentine Autain s’accorde avec le point de vue d’un salarié (point de vue majoritaire en France), le montant de son SMIC sera de 7.58€ par heure (montant net), ce que touche vraiment un salarié. Si on regarde le niveau mensuel, on est à 1 149.07€. Ce sont les chiffres du site du service public, précisons le.

Au regard du patron, les sommes sont très différentes. Le salarié touche déjà, après avoir enlevé les sommes qu’un patron doit verser à l’Etat, 9.76€ par heure. C’est la somme brut, et pas net. Parce que honnêtement, du point de vue d’un patron, les charges salariales c’est pas son problème comme les charges patronales ne sont pas le problème d’un salarié. 9.76€, c’est le montant avec soustraction des charges patronales. Par mois, c’est donc 1480.27€. Vous noterez la différence déjà, entre les deux sommes : 1149€ et 1480€. Et pour un patron, ce 1480, c’est la somme que touche le salarié. Lui, il paye plus.

Il est intéressant de noter que le site du service public, sur la page du SMIC, ne donne aucune indication sur les charges patronales. Sous-entendu : on se moque de ce que pense un patron du SMIC. Le SMIC, c’est pour les salariés.

On part donc sur un site d’un expert comptable pour avoir nos informations.

Le salaire « salarié » brut doit être agrémenté des charges d’un patron, soit environ 192€. Il est possible de bénéficier de « ristourne » via les crédits d’impôts mais on peut estimer la somme mensuel à 1568.27€. On est loin de la somme avancé par Mourad Boudjellal. Gageons que celui-ci prend en compte, comme beaucoup de patron, la somme total qu’il paye pour ses employés. Ainsi, il doit comprendre absolument toutes les sommes et non « juste » les charges patronales. Il doit compter les compléments au salaire, qui juridiquement n’appartienne pas au salaire mais pour un professionnel, quelqu’un qui paye, on peut dire que ça appartient à un salaire :

  • Congés payés (10% du brut)
  • Tickets restaurants (éventuels)
  • Frais de transports (éventuels)
  • Médecine du travail
  • 13e mois.

Bref, il faut se rendre compte que le coût d’un travail-salarié est bien plus élevé que le SMIC tel qu’il est perçu par un salarié. Difficile de savoir si on atteint la somme avancé sur les Grandes-Gueules puisque c’est différents selon le contrat, même au SMIC.

Mais alors, si il y a une telle différence de perception entre salarié et patron (on parle quand même de plus de 1000€ dans le débat), est-ce qu’il intelligent de parler de SMIC dans le débat public ?
N’est-ce pas ridicule de brandir le SMIC comme un étendard s’il est perçu différemment par tous le monde ? Le patron verra la somme qu’il paye pour un salarié au SMIC, le salarié verra la somme qu’il touche.. Au final, n’a t’on pas un problème si on ne perçoit pas tous la même valeur au SMIC ?

N’est-il pas temps de supprimer ces charges inutiles pour qu’on puisse tous parler d’un seul salaire minimum.  Comment voulez-vous qu’un législateur ou un négociateur puisse atteindre un résultat efficace en matière d’emploi si, de base, personne ne parle de la même chose ?

Prenons un exemple simple : proposition politicienne traditionnelle : on augmente le SMIC.
Réaction évidente : Quel SMIC ? Le salaire réel que paye un patron ? La Somme brut payé par le patron après déduction des charges patronales ? La somme net reçu par le salarié ?

Voilà. On se perd beaucoup trop facilement. Si on augmente le SMIC, techniquement, les charges patronales augmentent vu qu’elles sont calculés à partir du salaire brut (13% du brut).

Disons-le avec simplicité : Impossible de s’entendre avec un salariat aussi compliqué.
Lorsqu’une proposition en apparence simple est faite, il y aura toujours une partie qui ne pourra s’y retrouver à cause d’une vision trop étriqué du SMIC. Pourquoi s’emmerde t’on alors ? Pourquoi le salaire minimum n’est-il juste pas le salaire versé et reçu par les patrons et salariés ? Pourquoi s’emmerder avec des charges et des primes et des abattements et etc.. Osons simplifier le calcul d’un salaire. Allons plus loin ! Supprimons le calcul ! Supprimez les charges ! Le salarié aura un salaire plus fort, même si l’impôt rattrape les charges.

Je comprendrais décidément jamais pourquoi on décide de faire un système si compliqué, quand on pourrait faire simple. Souvenez vous de l’argent de poche. On vous donnait 10€. Vous aviez 10€. Pourquoi un salaire devrait-il être différent ?