Malgré sa défaite aux primaires et son engagement à soutenir le vainqueur, Manuel Valls a décidé de ne pas soutenir Benoît Hamon. Pas de parrainage et pas de cérémonie en grande pompe pour Hamon donc. L’affaire aurait pû en rester là, mais l’Autorité pour la primaire a décidé de s’en mêler. Une surprise ? Pas vraiment.

Quelle histoire ! Valls s’était engagé à soutenir le gagnant. Hamon -le traître du quinquennat- a gagné. Valls a changé d’avis. L’histoire est digne de figurer dans un épisode de Plus belle la Vie. Mais voilà que depuis quelques jours, voir semaines, on s’attaque à la décision du petit Manu.

Surprise ? Pas vraiment.

 Manuel Valls s’est donc fait attaqué par la grande autorité de la primaire socialiste & allié. Je m’interroge sur la temporalité quand même. Si les arguments sont largement recevables, la temporalité donne lieu à un questionnement. Niveau date, ça donne quoi ? Grand débat : 20 mars. Condamnation de Valls : 22 Mars. Un lien entre les deux ? C’est évident.

Le débat anti-démocratique -mais c’est un autre sujet- de TF1 s’est soldé sur une conclusion quasi unanime : Mélanchon & Macron sont les grands gagnants de ce débat. Ils ont, tous les deux, impressionnés. Si on regarde le positionnement politique d’Hamon, que Manuel Valls était supposé soutenir, qu’avons nous ?

Hamon est clairement un membre de l’aile gauche du PS, celle qui est proche de Mélanchon. Face à son adversaire directe -au moins du point de vue des convictions-, Hamon est le grand perdant. Les divers médias qui ont disséqué le débat et les instituts de sondage -pas très fiables néanmoins- ont estimé que la courbe des intentions de vote entre les deux candidats de « gauche » se sont inversés. Mélanchon est passé « premier candidat de gauche » tandis que le candidat du PS est devenu une sorte d’outsider. A gauche, le candidat est donc devenu -vraisemblablement- Mélanchon.

Deux jours plus tard, l’autorité PS attaque l’aîle droite du PS -Manuel Valls-. Est-ce une reconnaissance de la défaite de la Gauche face à Mélanchon ? Vous en êtes juges. J’en reste persuadé. Il faut donc attaquer la droite du PS, les supporters de Valls et ceux qui sont tenté de rejoindre l’étrange candidat Macron.

Attaquer le non-engagement de Valls, c’est un moyen -probablement inefficace- de ramener dans la campagne d’Hamon les électeurs et les soutiens de la droite du PS; ceux qui apportent un soutien au candidat Macron à défaut d’aider le candidat Hamon. Gênant pour le PS.

Bref, Hamon et son parti essoufflé tentent comme ils le peuvent de sauver les meubles. Et aujourd’hui, ils semblent se rendre compte que la situation est bien pire qu’en 2002 où le candidat Jospin avait terminé troisième, derrière les candidats UPR -devenu entre temps UMP puis LR- et FN. Aujourd’hui, nous avons un candidat PS qui risque une humiliante 5e place.

Finalement, est-ce que TF1 ne devrait pas aujourd’hui organiser un débat anti-démocratique entre les vrai candidats, envoyant Hamon parmi la pléthore de petits candidats ?

Vous en êtes seuls juges.
Non je déconne; TF1 est seul juge !