S’il convient de justifier la création d’un blog, en particulier sur un thème aussi large que celui-ci, autant le faire dès le début.

L’actualité est gangrené par les affaires choquantes, vectrices d’un engagement populaire et citoyen. Citons Fillon, Théo, Jacqueline Sauvage, Cahuzac & Strauss-Kahn si on veut remonter plus loin. Ces affaires polluent nos médias traditionnels. Les accusés se disent victimes d’un lynchage médiatique et le peuple s’indigne à coup de hashtag choc.

Ce n’est pas la justice que l’on cherche, mais à me casser et à casser la droite.

Je suis comme le peuple. Heureusement pour moi, il n’y a pas encore eu de lynchage médiatique contre moi. Stéphane Hessel serait fier de moi, je m’indigne. Je m’indigne via un blog, de manière quasiment anonyme. Mais je m’indigne quand même. C’est une bonne chose, non ?

De toute manière, je m’indigne depuis que je suis né. Personne ne trouve cure à mes yeux. Ni les journalistes, dont je trouve les articles très orienté au point que j’ai l’impression qu’on essaye de me manipuler, ni les politiciens qui ne me font guère rêver, ni quelqu’un d’autre.. J’aime observer l’actualité sous ce regard -soyons vaniteux- neuf. J’ai souvent l’impression, peut-être fausse, que la presse s’oriente mal, qu’elle ouvre le mauvais débat.

Prenez Jacqueline Sauvage. Tout ce que j’ai lu, c’était « Libérez cette pauvre femme ». Personne, à ma connaissance, ne s’est interrogé sur le fait qu’un politicien puisse, en 2016, faire libérer une personne selon sa seule volonté. Bon, c’est pas tout à fait exact. Quelques articles ont mentionné cette question. Mais dans cette affaire, est-ce que ce n’était pas la question prioritaire ? Ou alors, on est dans une démocratie émotionnelle. On réagit à l’émotion. On libère Jacqueline Sauvage, mais on fait un doigt d’honneur aux femmes/hommes qui sont dans la même situation qu’elle. Pire, allons danser devant les prisons à coup de slogan « Toi, on s’en fout ! T’es pas médiatique ! ».
Vrai question. Exemple de ce qui sera traité ici.

Parce que oui. L’actualité m’énerve. L’abus médiatique d’une affaire m’énerve (coucou affaire Fillon). Et comme j’aime ouvrir ma gueule, et bien j’ouvrirais ma gueule pour beugler comme un âne, en racontant potentiellement des conneries. Parce qu’en tant que citoyen, les conneries, on aime ça pas vrai ?

Tonton Ian & carto Virga

Bises.